travail – Chambre de commerce et d’industrie du Cœur-du-Québec

travail

Offre d’emploi : Direction générale

Par |2022-03-21T16:12:31-04:0021 mars 2022|Uncategorized|

Entrée en fonction:          Entre juin et septembre 2022

Horaire de travail:            Temps plein (mode hybride)

Quart de travail:                Jour (disponibilité de soir et de fin de semaine selon activités)

Salaire:                                 Annuel prime au rendement selon la structure salariale en place

Statut de l’emploi :          Permanent

 

DESCRIPTION DU POSTE

Sous la supervision du Conseil d’administration, le titulaire du poste a pour principales fonctions :

  • Développer et assurer l’offre de services aux membres ;
  • Assurer la réalisation des orientations, priorités, actions et politiques de la CCICQ dans la continuité de la planification stratégique 2020-2023.

VOS MANDATS

  • Planifier, organiser, diriger et contrôler toutes les opérations de la CCICQ en collaboration avec le Conseil d’administration ;
  • Recruter et renouveler les membres de l’organisation ;
  • Assurer l’atteinte des objectifs financiers de la CCICQ
  • Agir comme porte-parole de l’organisme ;
  • Assurer la réalisation de la planification stratégique de la CCICQ ;
  • Assurer la gestion des ressources humaines des employés de la CCICQ ;
  • Développer et assurer la réalisation des activités de la CCICQ ;
  • Entretenir des relations saines avec les différents membres et partenaires de la CCICQ ;
  • Travailler de concert avec les différents acteurs de développement économique ;
  • Être la personne-ressource auprès du CA par l’information nécessaire à la prise de décisions stratégiques ;
  • Préparer le budget annuel en collaboration avec l’administrateur responsable des finances ;
  • Assurer le suivi de la comptabilité et des rapports mensuels ;
  • Préparer, avec le président, les projets d’ordres du jour du conseil d’administration ;
  • Rédiger les rapports et les mémoires de la CCICQ nécessaires au bon déroulement des prises de position ;
  • Représenter officiellement la CCICQ lors d’activités publiques ;
  • Mettre en place des partenariats ;
  • Maintenir un lien étroit avec la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ).

NOS EXIGENCES

  • Détenir un baccalauréat ou expérience pertinente en entrepreneuriat ;
  • Détenir une expérience pertinente à titre de directeur ou coordonnateur d’un regroupement offrant un service aux membres ;
  • Démontrer une bonne connaissance des principes de gestion dans un cadre de gouvernance en contexte d’OBNL ;
  • Posséder une connaissance du milieu politique et des enjeux rattachés à la région, notamment des villages et des communautés autochtones pour faire preuve de jugement éthique dans la prise de décision ;
  • Posséder une attitude positive et travailler en mode résolution de problèmes ;
  • Être orienté vers l’action et les résultats ;
  • Faire preuve de capacité de mobilisation des acteurs du milieu et être en mesure de travailler en concertation ;
  • Posséder la capacité de travailler en équipe, mais aussi de façon individuelle.

VOUS MARQUEZ DES POINTS SI VOUS

  • Faites preuve d’une expérience marquée dans les fonctions suivantes : représentation et relations publiques, gestion budgétaire, organisation et coordination événementielle, administration et comptabilité courante, élaboration et gestion de projets ;
  • Avez le sens de l’organisation, de la planification et de la gestion des priorités ;

VOS CONDITIONS DE TRAVAIL :

La direction générale est régie par un contrat de travail et est assujettie à une période probatoire de 6 mois ainsi que d’une évaluation annuelle. Elle bénéficie de l’appui d’un Conseil d’administration connecté sur la région, de semaines de vacances, d’avantages payés : cellulaire (abonnement et compte de dépenses), prime annuelle.

POUR POSTULER

Faites parvenir votre candidature, votre curriculum vitae ainsi qu’une brève présentation concernant votre intérêt envers le poste par courriel rh@ccicq.ca avant jeudi le 14 avril 2022, 16 h. Seuls les personnes sélectionnées seront contactées pour une entrevue.

Les bonnes pratiques en français dans les entreprises

Par |2021-11-01T15:30:32-04:0028 octobre 2021|Uncategorized|

Pour développer des pratiques qui mettent en valeur la langue française au bureau, des actions concrètes sont à privilégier. Par exemple, une entreprise québécoise pourrait : adopter une politique linguistique; confier à une ou plusieurs personnes la gestion des questions linguistiques; faire le point sur l’utilisation du français au sein de l’entreprise et élaborer, au besoin, un plan d’action; mesurer la situation de l’utilisation du français à intervalles réguliers et, dernièrement, pérenniser les actions pour l’usage du français au travail. Concentrons-nous sur deux pratiques nommées précédemment.

Adopter une politique linguistique

Quand une entreprise décide d’élaborer une politique linguistique, cela signifie qu’elle souhaite implanter des stratégies qui favorisent l’utilisation de la langue française dans son milieu de travail, et ce, à l’ensemble de l’entreprise. Une stratégie pourrait être de rédiger une règle grammaticale dans l’infolettre hebdomadaire des employés.

Dès la politique lancée, elle sera publiée dans les communications internes. De plus, l’entreprise pourra rendre accessible cette politique linguistique afin que celle-ci soit connue de ses clients, fournisseurs, partenaires ou encore sous-traitants. Évidemment, on s’attend à ce que les dirigeants adhèrent aux principes énoncés dans la politique et qu’ils en montrent l’exemple.

Mesurer la situation de l’utilisation du français à intervalles réguliers

À des moments déterminés dans l’année, une entreprise québécoise pourrait décider d’évaluer les pratiques d’utilisation du français qui respectent la Charte de la langue française dans le milieu de travail. Par exemple, elle pourrait vérifier que le processus d’embauche est adéquat, que l’affichage public répond aux exigences de la Charte, que le matériel informatique est disponible en français pour les employés, etc. Il en revient à l’entreprise de se doter de mesures d’évaluation du français.

Pour mettre en œuvre de bonnes pratiques en matière d’utilisation de la langue française au bureau, la volonté pour le faire doit tout d’abord être initiée par l’entreprise et, aussi, cette dernière doit montrer sa détermination à s’engager dans la pérennisation des actions choisies. Pour en savoir davantage sur les autres pratiques mentionnées plus haut, référez-vous au document suivant : http://languedutravail.org/sites/default/files/bonnes-pratiques-linguistiques-dans-les-entreprises-19-3-2013-complet.pdf

 

 

Recruter en français

Par |2021-11-01T15:22:32-04:0030 septembre 2021|Uncategorized|

Rédiger une offre d’emploi doit se faire en français, en êtes-vous surpris? Cela vous permet de rejoindre une plus grande partie de la population et, donc, de multiplier vos chances de recevoir des candidatures.

Papier ou électronique

Bien entendu, que l’offre d’emploi se trouve dans les journaux ou sur Internet, l’offre doit paraître en français. Vous pouvez accompagner l’offre d’une version traduite dans une ou plusieurs langues, mais la version française doit prendre autant de place que les autres versions. Cela vaut également pour le formulaire de demande d’emploi.

Aide-mémoire : https://www.oqlf.gouv.qc.ca/francisation/entreprises/memo-assistant-francisation/publications/fiche-processus-embauche.pdf

À l’embauche

Vous ne pouvez pas exiger à un.e futur.e employé.e de parler une autre langue que le français pour obtenir le poste, à moins que la connaissance de la 2e langue soit une nécessité pour effectuer des tâches quotidiennes. Par exemple, un poste qui demande de communiquer avec des fournisseurs à l’étranger exigerait la connaissance d’une langue étrangère. Toutefois, il faut s’assurer que la personne engagée parle aussi français.

Conseil : Dans l’offre d’emploi, vous pouvez indiquer, dans la description, que la connaissance de l’espagnol, par exemple, est un atout.

Congédier ou rétrograder

À la lumière des informations mentionnées ci-haut, il va de soi qu’un employeur ne peut congédier, rétrograder, mettre à pied ou même déplacer un.e employé.e parce qu’il ou elle ne parle pas d’autres langues que le français, et ce, peu importe la raison qui motiverait l’employeur.

Rappelez-vous qu’au Québec, comme indiqué dans l’article 4 de la Charte de la langue française, les travailleurs et les travailleuses ont le droit d’accomplir les activités liées à leur emploi en français.

Pour consulter la Charte de la langue française, cliquez sur ce lien : https://www.oqlf.gouv.qc.ca/charte/charte/index.html

Le français au travail

Par |2021-11-01T15:14:39-04:008 septembre 2021|Uncategorized|

Site Web, documents de travail, intranet et autres outils avec lesquels vos employés travaillent doivent être rédigés dans un français de qualité pour que tous puissent mener à bien leurs tâches quotidiennes.

Le droit de travailler en français

Travailler en français est un droit pour tout employé en fonction dans une entreprise québécoise. L’employeur doit donc fournir les outils nécessaires, comme des logiciels, pour s’assurer que le travailleur soit respecté dans son droit.

Cela va sans dire que toutes les communications à l’interne sont rédigées en français : courriels, les notes sur le babillard, les documents reliés à l’emploi tels que le contrat, la convention, etc. Évidemment, si un employé demande un texte dans une autre langue que le français, l’employeur peut lui fournir une version traduite.

Les gains

Un employeur gagne plusieurs avantages à faire du français la langue du milieu de travail. Par exemple, des consignes en français pour tout le monde diminuent le risque de mauvaise interprétation de celles-ci. Autre bénéfice appréciable, c’est la productivité liée à une communication entièrement en français pour tous. Puis, un dernier élément à ne pas négliger en ces temps de recrutement d’employés à l’étranger, le français comme langue commune au travail permet aux employés immigrants de s’intégrer à la culture québécoise.

Conseil : Jumelez un employé volontaire avec le nouvel employé immigrant pour l’aider à s’intégrer.

Problème avec le fournisseur

Le fournisseur ne peut que vous vendre dans la version anglaise un outil de travail destiné à vos employés? Trouvez une ressource à l’interne ou à l’externe pour produire une traduction du mode d’utilisation de l’outil et faites-en des copies pour vos travailleurs. La prochaine fois, faites affaire avec un autre fournisseur si c’est possible!

Comme employeur, tirez profit de l’obligation de travailler en français dans votre entreprise. Rendez vos obligations avantageuses!

Titre

Aller en haut