français – Chambre de commerce et d’industrie du Cœur-du-Québec

français

Le français, langue officielle au bureau, ça commence par où?

Par |2021-11-01T15:46:16-04:0028 octobre 2021|Uncategorized|

Vous vous dites que c’est exigeant de promouvoir le français dans votre entreprise? Que juste l’idée de vous y mettre vous décourage? Qu’à cela ne tienne!  On comprend qu’entre l’idée et la mise en action de votre volonté de faire valoir le français au bureau, il y a du travail à faire. Par où donc commencer?

L’outil de référence pour les entreprises de moins de 50 employés

L’Office québécoise de la langue française (OQLF) a créé un outil pour vous aider à développer de bonnes pratiques linguistiques en affaires. Il s’agit de MÉMO, mon assistant pour la francisation. (https://www.oqlf.gouv.qc.ca/francisation/entreprises/memo-assistant-francisation/index.html)

MÉMO vous propose d’emblée de procéder à votre autoévaluation afin de déterminer vos besoins. En terminant le questionnaire (d’une dizaine de minutes), vous aurez un portrait de vos pratiques, soit les forces de votre entreprise en matière de français et aussi ce qui doit être amélioré.

Par la suite, si vous le souhaitez, vous pourrez être accompagnés par un membre de l’équipe de l’OQLF. Vous n’êtes donc pas seuls! Ce service est gratuit et personnalisé. Autrement, vous pouvez simplement utiliser la boîte à outils où vous trouverez un ensemble de ressources vous permettant d’améliorer vos pratiques linguistiques au rythme désiré de l’entreprise.

L’OQLF veut souligner, par son outil MÉMO, le fait que de mettre en place de bonnes pratiques aidera votre entreprise à :

  • attirer et fidéliser une nouvelle clientèle ;
  • accroître la rétention et le sentiment d’appartenance de votre personnel ;
  • diminuer le nombre d’erreurs et le nombre d’accidents ;
  • respecter vos responsabilités à l’égard du français.

Vous aimeriez être un exemple à suivre dans votre région concernant vos bonnes pratiques linguistiques? Obtenez la reconnaissance Engagement envers la langue français en atteignant un résultat de 100% à l’autoévaluation et partagez vos pratiques d’entreprise à l’OQLF.

De l’accueil à la vente

Par |2021-11-01T15:23:06-04:0015 septembre 2021|Uncategorized|

Au Québec, se faire accueillir et servir en français par une entreprise correspond à l’attente de la majorité des Québécois.e.s.

Être servi en français

Un commerçant est dans l’obligation, au Québec, de servir un client en français. Cette exigence est inscrite dans la Chartre de la langue française. D’ailleurs, la Chartre a pour but de faire respecter les droits linguistiques fondamentaux qui, elle, est assurée par l’Office québécois de la langue française. Cela dit, un consommateur peut demander d’être servi dans une autre langue que le français. Si un employé peut le faire, le commerçant sera ravi de l’accommoder.

Servir les consommateurs en français, c’est aussi empêcher ceux-ci de quitter votre commerce pour en choisir un autre!

Étiquetage des produits

Pour augmenter l’appréciation des produits de vente d’un commerce, il faut que ce dernier s’assure que la description et le mode d’utilisation soient écrits en français. Cette règle s’applique autant aux produits en gros ou au détail. Comme pour l’affichage public, on peut y trouver une autre langue, mais le français doit être prédominant sur l’emballage.

Notez que le fait d’écrire un mode d’emploi clair en français évite des frustrations chez les clients et ainsi peut faire la différence par rapport à la satisfaction du produit acheté.

Règles particulières

Il existe des cas où l’usage exclusif d’une ou plusieurs autres langues autre que le français est admis sur l’emballage d’un produit :

  • produit destiné exclusivement à l’exportation ;
  • contenant utilisé pour le transport interprovincial ou international de marchandises ;
  • produit culturel ou éducatif (livre, revue, disque, film, etc.) dont le contenu est dans une autre langue que le français, y compris carte de vœux, agenda et calendrier non publicitaire;
  • produit qui provient de l’extérieur du Québec et dont l’inscription est gravée, cuite ou incrustée dans le produit lui-même, y est rivetée ou soudée, ou encore y figure en relief, de façon permanente, à l’exception des inscriptions concernant la sécurité.

Des clients servis en français dans un commerce y retourneront. Misez sur votre notoriété!

Titre

Aller en haut